Pleins Feux sur le FA ou la GÉOMANCIE

Chapelet divinatoire et Objets consacrés

Pleins Feux sur le FA ou la GÉOMANCIE

PLEINS FEUX SUR LE FA OU LA GÉOMANCIE

La quête permanente de soi, les vicissitudes de la vie, le souci d’un mieux-être toujours accru, la recherche de la paix du cœur, du bonheur perpétuel, amènent les humains à recourir de plus en plus aux pratiques divinatoires ; surtout en cette Ère du Verseau où les grands maîtres (illuminés) évoquent la rupture des sceaux. Fa fait partie donc de ces multiples sciences que les uns et les autres sollicitent dans l’expectative de trouver des solutions idoines aux divers problèmes existentiels qui les assaillent. Alors qu’est-ce que le Fa ? Fa avant tout est l’une des formes de divination qui existent ici et ailleurs. C’est une pratique divinatoire, une science à relent occulte qui révèle l’homme à l’homme et lui permet de mieux cerner les choses autour de lui, afin de faire face convenablement aux diverses préoccupations inhérentes à sa vie sur terre. Fa est un précieux élément de décryptage, décryptage de l’homme dans toute sa complexité, décryptage également des choses aux contours des plus sibyllins. Fa constitue un vaste champ de connaissances universelles incommensurables savamment codifiés par l’ingéniosité des anciens et transmises au travers des générations. L’univers du Fa est jonché de symbolismes et ne doit pas être vu sous l’angle obscurantiste, satanique ou superstitieux que prônent les obédiences religieuses. Fa n’est pas l’apanage du Bénin, ex-Dahomey ; bien au contraire, il nous est venu de notre grand voisin de l’Est, le Nigéria il y a seulement trois siècles (XVIIIe siècle). Son origine immédiate avant le Nigéria se retrouve dans les sacrées pyramides égyptiennes où il a servi les pharaons. Mais quand on remonte bien en arrière, on se rend compte que Fa a vu le jour dans la Mésopotamie, région du Proche-Orient, berceau de plusieurs grandes civilisations antiques, où les Sémites, ancêtres des Arabes actuels l’ont manipulé. C’est d’ailleurs pour cela qu’il s’écrit de la droite vers la gauche telle la langue Arabe. La Mésopotamie, l’origine lointaine du Fa, regroupe de nos jours les territoires occupés par l’Iran, l’Irak, la Turquie, la Syrie, la Jordanie, l’Arabie Saoudite et l’Égypte elle-même. Ayant donc pris sa source en Égypte, Fa atteignit progressivement le Nigéria, après avoir traversé la Lybie, le Soudan, le Tchad du fait des expansions islamiques. Du Nigéria, il parvient au royaume du  Dahomey, actuel Bénin, sous le règne du roi Dossou Agadja, où il s’établit définitivement pour servir la dynastie royale jusqu’à sa chute en février 1900. Nous reviendrons ultérieurement dans un autre article pour apporter des précisions sur les circonstances de son avènement au Dahomey.

 Fa s’écrit à l’aide d’un alphabet de 16 lettres ou symboles et se compose de 256 signes ou figurations indicielles au total, soit 16 x 16. Parmi ces deux cent cinquante-six signes, on dénombre seize mères et deux cent quarante secondaires. Chacun de ces signes constitue une ou des figure(s) géométrique(s) drainant des énergies bien spécifiques. Fa est donc de la géométrie sacrée. Et rappelons-nous les propos du grand maître Pythagore : « Au commencement, Dieu géométrisa »

Fa repose sur les énergies des quatre éléments impondérables que sont la Terre, l’Air, l’Eau, le Feu et se décline en un système de trois langages à savoir : les devises (Fagbéssa), les légendes (Fagléta) et enfin les chants (Fahan). Ce système complexe et bien organisé rappelle le langage binaire utilisé en informatique dans les sociétés contemporaines. De toutes les sciences de divination présentes sur la terre africaine depuis la création, Fa reste et demeure la meilleure ; meilleure tout simplement parce qu’au-delà des révélations qu’il fait, il propose aussi et surtout des solutions pour soulager le demandeur et le remettre en selle si auparavant, il avait connu la décadence.

 Par ailleurs, signalons que d’autres pratiquent semblables au Fa s’observent çà et là dans d’autres régions de la planète. Par exemple en Chine nous avons le  le YI-KING ; au Madagascar, on a le SIKIDY ; dans les pays scandinaves (Europe du Nord), on retrouve les RUNES.

Fa éclaire les choix et donne de la visibilité à l’homme et à tout ce qu’il peut faire : activités, affaires, projets et autres. Il fait le décryptage (lecture ésotérique) de la vie à travers les trois dimensions du présent, du passé et du futur. Fa propose des solutions propitiatoires pour atténuer les aspérités négatives des choix humains et favorise la réalisation et la bonne marche des préoccupations qu’on  lui soumet. Fa c’est le messager de Dieu, la lumière des peuples, la boussole qui éclaire et oriente les actions de l’humanité. C’est le ciment de nos sociétés, le socle originel qui assure l’équilibre des êtres et des choses.

Consultez-le en toute circonstance afin de savoir l’issue faste ou néfaste de tout ce que vous désirez faire ou entreprendre : relation amoureuse, choix de partenaire, mariage, grossesse, maternité, naissance, maladie, travail, métier, projets divers, voyages, affaires, difficultés quelconques, etc. Ainsi vous éviterez à coup sûr les obstacles et déboires pour une réussite efficiente.

ALORS PAS UN PAS SANS LE FA.

Que la lumière du Fa vous éclaire, illumine vos sentiers et que sa paix règne dans vos murs…

HINDEME A. Cosme

Consultant Culturel et Spirituel, Prêtre de Fa,

Directeur du Cabinet Culture Arc-En-Ciel

Fa, Vodun, Sorcellerie, Voyance, Occultisme

Enseignements ésotériques de Fa et autres

  whatsapp : (+229) 62 53 53 03 / 98 23 25 25 / 97 64 62 46

 Facebook : culturearcenciel ou Grand maitre hindemin

Mail : cabinetculturearcenciel@gmail.com

Site web: www.culturearcenciel.com

Leave a Comment

Your email address will not be published.